Configuration Futaba 3PKS pour le Kyosho Vortex Experience

A l’intérieur du boîtier radio

Contrairement à la série des Mini Inferno, et à l’instar de ses « gros modèles », Kyosho a choisi une connectique standard pour le contrôleur et le servo.
Comme je l’ai indiqué lors du déballage de la bête, le boîtier radio contient une mousse « anti-vibrations » emballant le récepteur et un « petit paquet de fils ».
Même si la place est comptée dans ce boîtier étanche, j’ai assez peu d’inquiétude pour caser le récepteur 2,4GHz (Futaba 603FS) de la 3PKS car celui-ci est presque deux fois plus compact que le récepteur Kyosho d’origine (KR-1NBK).

Récepteur Futaba 603FS installé dans le Vortex Experience

Récepteur Futaba 603FS installé dans le Vortex Experience

Peu de choses à dire concernant les branchements : servo de direction sur la voie 1, et contrôleur sur la voie 2.

Création d’un modèle et configuration de la 3PK

Avant de faire le moindre test, il conviendra d’inverser la voie 2 (gaz) conformément aux indications du manuel du Vortex Experience.

Futaba 3PKS, choix du modèle

Futaba 3PKS, choix du modèle

Pour commencer, je crée d’abord un nouveau modèle (menu M-SEL, choix d’une case « libre » (sans dénomination) et appui long simultanément sur « + » et « - » pour valider) pour valider ce choix et débuter la configuration.

Futaba 3PKS, nom du modèle

Futaba 3PKS, nom du modèle

Un petit tour dans le menu NAME pour personnaliser le nom du modèle : « VORTEX XP ».
Futaba 3PKS, nom du modèle : "VORTEX XP"

Le réglage des voies se trouve dans le menu REV.
Futaba 3PKS, menu "REV"

La voie « TH » voit sa position changée à REV avant de valider en appuyant sur la touche « END ».

Futaba 3PKS, inversion de la voie des gaz

Futaba 3PKS, inversion des voies

La configuration est terminée, place aux tests !

Test de la 3PKS avec le Vortex Experience

Maintenant que le récepteur est installé et l’émetteur configuré, il ne reste qu’à tester si tout va bien.
Je branche deux batteries LiPo de mon Mini Inferno (Hyperion LiteStorm GX 2200 mAh) sur le Vortex Experience. Afin d’éviter tout dégât, je vous recommande de poser la voiture sur un support de sorte que les roues ne touchent pas le sol.

Allumage de l’émetteur, allumage du contrôleur et… gaz… Et pourtant elles tournent ! Accélération, marche arrière et la direction aussi. C’est tout.

Désormais, la Perfex KT-6 va pouvoir rejoindre le petit musée des horreurs aux côtés de sa soeur jumelle livrée avec le SuperVee27 !

Radio Futaba 3PK pour piloter un AquaCraft SuperVee 27

Remplacement de l’émetteur

Difficile de faire plus simple : on débranche et on rebranche…
Le connecteur du servo de direction (muni d’un détrompeur) rejoint la prise « CH 1″ et celui du contrôleur rejoint la prise « CH 2″ en faisant bien attention à mettre le fil orange du même côté que le détrompeur du connecteur de servo (le récepteur Futaba F608-FS donne un indice avec des marques orange sur la gauche des prises).
La prise d’alimentation reste vide dans la mesure où le récepteur sera alimenté par le contrôleur (via la norme BEC qui élimine le besoin d’accus dédiés à la réception).

Petite musique qui nuit

Après avoir allumé la radio (même si l’ordre de mise en route est moins problématique qu’avec un module FM), il faut brancher les batteries du SuperVee 27 pour le mettre en route (pourquoi ne pas voir prévu un interrupteur ?!).

Surprise de taille : le contrôleur du moteur brushless émet des « bips » ininterrompus ! Et bien évidemment, le manuel ne donne aucune indications sur cette « musique d’accueil » stridente…

Une fois les boules Quies enfoncées au fond des oreilles, je joue des commandes de gaz et de direction pour essayer de le faire taire : sans effet.
La voie de la radio ne serait-elle pas inversée ? Sorti des menus de la 3PK pour inverser la voie 2, je parviens au silence en « freinant » légèrement (de l’ordre de 20 ou 30% sur l’échelle affichée à l’écran de la radio).

Après de longues minutes de tâtonnements, « je parviens à initialiser le contrôleur » en établissant le neutre à mi-course du frein. En me replongeant dans les menus (bien trop fournis) de la 3PK, je découvre un paramètre qui décale la position gaz/freins de 50/50 à 70/30, ce qui semble correspondre à mes manipulations.

Je reprends donc de zéro une tentative d’initialisation avec ces nouveaux paramètres enregistrés et… bingo, ça marche !

La configuration Futaba 3PK + SuperVee 27 en trois étapes

Une fois tous les branchements effectués, voici la marche à suivre :

  1. Modifier le mode de répartition à 70/30 dans les menus de la radio.
  2. Faire un essai d’allumage et si le contrôleur bippe de façon continue : inverser la voie n°2 (gaz/frein) dans les menus de la radio.

Le tour est joué !

Attention, n’oubliez pas la phase d’initialisation obligatoire du contrôleur ! Sinon, rien ne se passera…

Initialisation du contrôleur du SuperVee 27

Une chose importante, rappelée sur le site AquaCraft et dans la notice du SuperVee 27 : le contrôleur du moteur brushless doit être initialisé à chaque mise en route.
Si vous oubliez, vous ne risquez rien d’autre que ne pas voir le moteur répondre à la radiocommande…

Procédure d’initialisation

  1. Mettre le trim des gaz à zéro (en tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre sur la radio d’origine)
  2. Vérifier que la commande de servo de gaz est inversée (interrupteur en position basse sur la radio d’origine)
  3. Allumer l’émetteur
  4. Installer et brancher les batteries du SuperVee 27 et attendre que le contrôleur émette un bip (et un seul, sinon… problème !)
  5. Mettre pleins gaz en tirant la gâchette au maximum jusqu’à l’émission d’un bip.
  6. Relâcher les gaz (retour au neutre). Le contrôleur répond par 5 bips confirmant le succès de l’opération !

Et voilà !

Graupner MX-12 et hélicoptère E-Sky Lama v4

En vacances à Marseille, j’ai découvert l’excellent magasin Patrick Modélisme où je me suis pointé pour acheter la MX-12. A peine la discussion entamée, je me vois réorienté vers une HiTec Optic 6 Sport car, d’après les essais, la MX-12 ne marcherait pas avec le Lama v4 ! Soit, je fais confiance aux pros, mes souvenirs de lectures dans les forums doivent être trop flous…

Optic 6 Sport vs MX-12

De retour à la maison, avant même de déballer la radio, je retourne sur Heli4.com pour contrôler les dires de Patrick.
Je n’ai donc pas rêvé, il semblerait que d’autres ont réussi à utiliser la MX-12 avec un Lama !
J’ai beau me dire que l’Optic 6 Sport est moins chère (à peine 10 euros) et tout aussi performante, j’accroche beaucoup au design aluminium de l’allemande…

Pour l’installation de l’Optic 6, rien de plus simple : sortir le quartz du récepteur, et le mettre à la place du quartz d’origine du Lama. La radio étant en Mode 1 par défaut, il n’y a rien d’autre à faire, tout fonctionne à merveille.

Mais bon, rien à faire, je ne suis pas convaincu, je retourne chez Patrick Modélisme pour échanger l’Optic 6 contre la MX-12 (un excellent comparatif à lire ici), quitte à galérer pour la faire fonctionner : ça doit marcher, d’autres l’ont fait.

Installation et configuration de la MX-12

Pas de mystère, j’en reviens toujours aux allemandes… je ne regrette pas l’échange de l’Optic 6 tant la Graupner paraît plus robuste (elle est plus lourde) et tient mieux dans mes (grandes) mains.

La première étape un peu « difficile » : extraire le quartz de son enveloppe de plastique. Chez Graupner, à l’instar de quelques autres constructeurs, les quartz sont enfichés dans un support plastique un peu plus « classe » et pratique que le composant électronique brut affublé d’une étiquette.
Malheureusement, il est complètement impossible de mettre le quartz en place sur le « contrôleur 4 en 1″ du Lama avec son habillage, il faut donc l’en extraire… J’ai eu beau tirer, pousser, insérer une lame de cutter entre les deux rien n’a bougé ! Je me suis donc résigné à découper proprement le capuchon plastique pour découvrir que les deux étaient liés par une grosse goutte de colle néoprène.
Une fois le quartz « brut » en main, je l’enfiche dans son emplacement et me prépare à faire mes premiers essais.

Comme prévu par la notice, la radio est en Mode 2, gaz à gauche. Pas encore tout à fait fixé sur le choix du mode, je me décide à paramétrer la MX-12 en Mode 1 pour coller à mon entraînement sur le simulateur (et à la radio d’origine du Lama v4).

Ma MX-12 n’a aucun manche cranté au départ, pour les essais l’allumage de la radio se fera donc contre toute règle de modéliste RC après l’allumage du récepteur pour ne pas transformer le Lama en tondeuse d’intérieur.
Après quelques essais sur les manches, il apparait donc que les voies 1 et 2 des servos sont à inverser pour que ça fonctionne bien en Mode 1 et qu’il faut bien sûr changer le « Stick Mode » dans les menus de la radio-commande pour mettre les gaz du bon côté.

Je déshabille donc le Lama en lui enlevant la coque avant et inverse les deux connecteurs latéraux (CH1 et CH2). C’est tout, on peut le rhabiller.

Ensuite, c’est au tour de la radio de se mettre à nu pour « ajouter les crans » sur le manche droit (celui des gaz). 6 vis à défaire sur le panneau arrière, un ressort à décrocher (opération plutôt coton si vous n’avez pas une toute petite pince) et deux vis à mettre pour tenir la lamelle de métal qui fera office de « cran d’arrêt ».

La vis argentée permet de régler la dureté des crans, attention à ne pas trop serrer !

L’heure de vérité

Utlime étape pour que tout fonctionne : allez dans les menus de la MX-12 à l’option « Stick Mode » pour passer en Mode 2… afin d’avoir le Mode 1. Non, ne cherchez pas de logique à cette dernière affirmation : le fait est que pour le couple MX-12 + Lama v4, passer en Mode 2, nous met donc en Mode 1 !
Alors, un Lama piloté par une MX-12, ça marche ? Oui ! Et sans le moindre problème, tant qu’on n’est pas « choqué » par les changements d’appellation.
Il me reste encore quelques longues heures de simulateur et de vol à très basse altitude avant d’exploiter la MX-12 à hauteur de son potentiel.