Configuration Futaba 3PKS pour le Kyosho Vortex Experience

A l’intérieur du boîtier radio

Contrairement à la série des Mini Inferno, et à l’instar de ses « gros modèles », Kyosho a choisi une connectique standard pour le contrôleur et le servo.
Comme je l’ai indiqué lors du déballage de la bête, le boîtier radio contient une mousse « anti-vibrations » emballant le récepteur et un « petit paquet de fils ».
Même si la place est comptée dans ce boîtier étanche, j’ai assez peu d’inquiétude pour caser le récepteur 2,4GHz (Futaba 603FS) de la 3PKS car celui-ci est presque deux fois plus compact que le récepteur Kyosho d’origine (KR-1NBK).

Récepteur Futaba 603FS installé dans le Vortex Experience

Récepteur Futaba 603FS installé dans le Vortex Experience

Peu de choses à dire concernant les branchements : servo de direction sur la voie 1, et contrôleur sur la voie 2.

Création d’un modèle et configuration de la 3PK

Avant de faire le moindre test, il conviendra d’inverser la voie 2 (gaz) conformément aux indications du manuel du Vortex Experience.

Futaba 3PKS, choix du modèle

Futaba 3PKS, choix du modèle

Pour commencer, je crée d’abord un nouveau modèle (menu M-SEL, choix d’une case « libre » (sans dénomination) et appui long simultanément sur « + » et « - » pour valider) pour valider ce choix et débuter la configuration.

Futaba 3PKS, nom du modèle

Futaba 3PKS, nom du modèle

Un petit tour dans le menu NAME pour personnaliser le nom du modèle : « VORTEX XP ».
Futaba 3PKS, nom du modèle : "VORTEX XP"

Le réglage des voies se trouve dans le menu REV.
Futaba 3PKS, menu "REV"

La voie « TH » voit sa position changée à REV avant de valider en appuyant sur la touche « END ».

Futaba 3PKS, inversion de la voie des gaz

Futaba 3PKS, inversion des voies

La configuration est terminée, place aux tests !

Test de la 3PKS avec le Vortex Experience

Maintenant que le récepteur est installé et l’émetteur configuré, il ne reste qu’à tester si tout va bien.
Je branche deux batteries LiPo de mon Mini Inferno (Hyperion LiteStorm GX 2200 mAh) sur le Vortex Experience. Afin d’éviter tout dégât, je vous recommande de poser la voiture sur un support de sorte que les roues ne touchent pas le sol.

Allumage de l’émetteur, allumage du contrôleur et… gaz… Et pourtant elles tournent ! Accélération, marche arrière et la direction aussi. C’est tout.

Désormais, la Perfex KT-6 va pouvoir rejoindre le petit musée des horreurs aux côtés de sa soeur jumelle livrée avec le SuperVee27 !

Mini Inferno brushless : premiers tours de roue

Jantes alu… sans pneus

Tout fier de mes 4 jantes aluminium pour Mini Inferno, je me suis mis en quête de pneus adaptés pour chausser mon petit bolide. Peine perdue, j’ai eu beau chercher en France et à l’étranger, il s’avère qu’il n’existe plus que des roues prémontées : celles d’origine ou compatibles, telles que celles de 3Racing sur lesquelles je me suis rabattu.

Peut-être une piste à explorer du côté de chez Proline avec des pneus pour 1/18…

Le Mini Inferno siffle mais ne bouge pas

La batterie Hyperion est en place, le récepteur de la 3PKS connecté au servo Hitec et au contrôleur Quark, il ne reste plus qu’à allumer la radio.
Premier test : la direction : ça tourne, c’est tout bon.
Second test : un appui sur la gachette fait bipper le contrôleur brushless : début de la phase d’initialisation) Un second appui avec pour seule réponse une série de bips. Troisième essai : le moteur se met à tourner en sifflant un peu, mais rien ne bouge. A peine un soubresaut. J’éteins tout.

Je fais tourner le moteur à la main (voiture au sol), le différentiel central ne transmet pas le mouvement aux différentiels avant et arrière. Problème cerné : le différentiel central à billes (modèle Atomic, alu bleu) n’est pas assez serré.

Après démontage de la cellule central, il s’avère que le différentiel central n’était pas serré du tout… Pour le reserrer, il suffit de bloquer la roue dentée et de visser à la clé allen au centre de la noix de différentiel.

Grande vitesse, petite accélération

Maintenant que le différentiel central est resseré, que toute la visserie a été recontrôlée, je retourne sur la piste. Ô miracle : il bouge ! L’accélération s’accompagne d’un sifflement important et la mécanique semble patiner avant de donner de la vitesse au chassis.

Sur la distance, le Mini Inferno brushless prend largement le pas sur son homologue resté avec la motorisation X-Speed, mais les accélérations sont bien trop poussives. Il reste certainement encore trop de jeu du côté du slipper et des différentiels.

Un énième passage au stand pour quelques tours de vis au niveau du différentiel central, du pignon moteur et du slipper.

Désormais la voiture accroche mieux à l’accélération, pas encore aussi bien que le X-Speed concurrent mais le Mini Inferno brushless ne concède que quelques dixièmes dans les premiers mètres avant de prendre le dessus.

Il reste encore quelques réglages à peaufiner : j’y vais doucement afin de ne pas brusquer la mécanique et casser inutilement des pièces. La prochaine étape : installer des différentiels de Mini Inferno ST, réputés étanches et plus robustes.

Radio Futaba 3PK pour piloter un AquaCraft SuperVee 27

Remplacement de l’émetteur

Difficile de faire plus simple : on débranche et on rebranche…
Le connecteur du servo de direction (muni d’un détrompeur) rejoint la prise « CH 1″ et celui du contrôleur rejoint la prise « CH 2″ en faisant bien attention à mettre le fil orange du même côté que le détrompeur du connecteur de servo (le récepteur Futaba F608-FS donne un indice avec des marques orange sur la gauche des prises).
La prise d’alimentation reste vide dans la mesure où le récepteur sera alimenté par le contrôleur (via la norme BEC qui élimine le besoin d’accus dédiés à la réception).

Petite musique qui nuit

Après avoir allumé la radio (même si l’ordre de mise en route est moins problématique qu’avec un module FM), il faut brancher les batteries du SuperVee 27 pour le mettre en route (pourquoi ne pas voir prévu un interrupteur ?!).

Surprise de taille : le contrôleur du moteur brushless émet des « bips » ininterrompus ! Et bien évidemment, le manuel ne donne aucune indications sur cette « musique d’accueil » stridente…

Une fois les boules Quies enfoncées au fond des oreilles, je joue des commandes de gaz et de direction pour essayer de le faire taire : sans effet.
La voie de la radio ne serait-elle pas inversée ? Sorti des menus de la 3PK pour inverser la voie 2, je parviens au silence en « freinant » légèrement (de l’ordre de 20 ou 30% sur l’échelle affichée à l’écran de la radio).

Après de longues minutes de tâtonnements, « je parviens à initialiser le contrôleur » en établissant le neutre à mi-course du frein. En me replongeant dans les menus (bien trop fournis) de la 3PK, je découvre un paramètre qui décale la position gaz/freins de 50/50 à 70/30, ce qui semble correspondre à mes manipulations.

Je reprends donc de zéro une tentative d’initialisation avec ces nouveaux paramètres enregistrés et… bingo, ça marche !

La configuration Futaba 3PK + SuperVee 27 en trois étapes

Une fois tous les branchements effectués, voici la marche à suivre :

  1. Modifier le mode de répartition à 70/30 dans les menus de la radio.
  2. Faire un essai d’allumage et si le contrôleur bippe de façon continue : inverser la voie n°2 (gaz/frein) dans les menus de la radio.

Le tour est joué !

Attention, n’oubliez pas la phase d’initialisation obligatoire du contrôleur ! Sinon, rien ne se passera…

Initialisation du contrôleur du SuperVee 27

Une chose importante, rappelée sur le site AquaCraft et dans la notice du SuperVee 27 : le contrôleur du moteur brushless doit être initialisé à chaque mise en route.
Si vous oubliez, vous ne risquez rien d’autre que ne pas voir le moteur répondre à la radiocommande…

Procédure d’initialisation

  1. Mettre le trim des gaz à zéro (en tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre sur la radio d’origine)
  2. Vérifier que la commande de servo de gaz est inversée (interrupteur en position basse sur la radio d’origine)
  3. Allumer l’émetteur
  4. Installer et brancher les batteries du SuperVee 27 et attendre que le contrôleur émette un bip (et un seul, sinon… problème !)
  5. Mettre pleins gaz en tirant la gâchette au maximum jusqu’à l’émission d’un bip.
  6. Relâcher les gaz (retour au neutre). Le contrôleur répond par 5 bips confirmant le succès de l’opération !

Et voilà !

Mini Inferno à la sauce Brushless

Petit mais costaud

Le moteur choisi (sur les conseils de nombreux membres du forum Mini Rc) est un AON 6000kv. Certainement pas le plus puissant, mais suffisant (sur le papier) pour nettement améliorer les performances du Mini Inferno sans réduire en poussière les pièces de la transmission.
Ce moteur brushless a un diamètre très inférieur au moteur d’origine, mais se fixe sans modification sur le support moteur standard. Seule chose à ne pas oublier : le diamètre de l’axe est différent et il faut donc acquérir un nouveau pignon moteur !

A l’instar du contrôleur Quark, le moteur est affublé d’un petit dissipateur pour aider à évacuer la chaleur. Pensez à mettre la pâte thermique pour améliorer le contact et la tranmission de chaleur entre le moteur et les ailettes !

Trouver la place de chacun…

Le grand ménage dans les entrailles du Mini Inferno (suite au changement de chassis) me laisse devant l’embarras du choix pour le placement du contrôleur et du récepteur. La place de la batterie est bien sûr évidente : le déplacement du moteur à l’arrière droit a libéré le côté gauche pour y placer n’importe quel pack (NiMH, LiPo, etc) sans restriction de dimensions.

Avec le déplacement de la motorisation, la platine de l’antenne du récepteur (qui se pose sur le support du servo de direction) n’a plus les dimensions adéquates car le différentiel central prend trop de place. Parti pour retailler cette pièce, j’en profite pour fabriquer un « plateau » en plexiglas qui permettra d’installer soit le contrôleur soit le récepteur au-dessus du servo et de conserver le support d’antenne.

Cette solution, si géniale dans mon imagination, est complètement inutile : il n’y a pas assez de place pour poser sur ce support ni le contrôleur ni le récepteur… La carrosserie descend trop bas ! Et puis, prévoyant d’utiliser ma Futaba 3PK en 2,4 GHz, je n’ai pas besoin du support d’antenne… car il n’y en a pas sur le récepteur.
Exit donc le support plexi.