Peinture de la coque du Victoria

Ponçage fin de la coque

Une fois toutes les pièces d’accastillage retirées (à l’exception de certains supports du bastingage trop bien ancrés dans l’ABS…), je comble les marques profondes, laissées par les manipulations ou le retrait de pièces trop bien collées, à l’aide d’epoxy. Je ne traite que les gros creux, toutes les petites rayures seront comblées à l’enduit.

Maintenant que tous les trous sont bouchés, je procède à un nettoyage de la coque à l’eau puis à l’alcool à brûler.

Ensuite, avec un papier de verre de carrossier grain 400, je fais un premier passage rapide pour égaliser quelques marques et quelques résidus d’epoxy.

La finition se fait au grain 600, trempé dans l’eau pour obtenir une surface la plus lisse possible = peu de griffes visibles laissées par le papier.

La coque est donc prête à recevoir son enduit de lissage !

Application de l’enduit

Après avoir protégé au scotch de peintre l’accastillage restant sur la coque, j’applique une couche d’enduit épais puis deux couches d’apprêt. Ce qui, dans ce cas précis, suffit largement à gommer la majorité des défauts.

Mise en peinture

Contrairement au SeaWind et sa livrée rouge intégrale, j’ai choisi la difficulté pour le Victoria avec une coque bleu nuit surmontée d’un pont blanc neige… Le moindre débordement sera parfaitement visible !

J’ai donc choisi de commencer par le dessous de la coque en protégeant minutieusement le pont à l’aide de larges bandes de scotch de peintre. Mon choix s’est porté sur le scotch « spécial courbes » qui est plus souple et plus facile à manier.

Maintenant que le pont est à l’abri des débordements, j’attaque la peinture. Deux passages à la bombe automobile suffisent déjà à obtenir une couleur uniforme. Une seconde couche viendra après séchage.

Voici le rendu de la peinture finale pour le dessous.

Et un aperçu de l’avant / après de la première couche sur le pont.

Les deux couleurs après la première couche :

Refonte de mon voilier Victoria

Au programme

La refonte du Victoria passera par une nouvelle peinture (en lieu et place de l’ABS brut orné des autocollants d’origine du kit) et le remplacement ou la modification de certaines des pièces d’accastillage.

Dans un second temps, je procèderai certainement à la création d’un nouveau jeu de voiles, un peu plus « haut de gamme ».

Mise en pièces

Avant de faire, il faut donc tout défaire : démâter, retirer tous les cordages, démonter le bastingage, enlever quille et safran, etc.

Ce n’est certes pas le plus long, mais quelques précautions sont à prendre pour décoller les différentes pièces d’accastillage en plastique sans endommager la coque sur laquelle elles avaient été collées il y a 10 ans…

Les autocollants ne sont pas les plus récalcitrants mais laissent découvir que l’ABS a jauni avec le temps.

La décoration

Comme pour le SeaWind Nell 3010, je commence par réaliser une maquette sous Photoshop pour valider le rendu de ce qui se dessine dans ma tête : une coque bleu nuit avec le pont blanc. Le nom changera pour « Victoria 08″.

Malheureusement, il y a vraiment peu de photos de la coque du Victoria, et encore moins avant décoration et dans une résolution correcte… Mais avec un peu de persévérance, j’ai trouvé mon bonheur au détour d’un article de RC Universe (sur une version plus récente que mon modèle).

Comme pour « Nell 3010″, le logo a été commandé chez StickAir en deux couleurs : blanc pour la coque et bleu nuit pour les voiles.

Cette fois, je pense que la peinture se fera à la bombe pour automobile afin de ne pas consommer une petite dizaine d’aérosols Tamiya hors de prix pour couvrir la toute la surface !

Affaire à suivre…