Découverte du Mini Inferno

En cherchant des pièces pour mon Overland dans les petites annonces du forum Mini RC, je suis tombé sur une annonce pour un Mini Inferno « préparé » à 70 euros. Que rêver de mieux pour mettre un pied dans le tout terrain qui roule hors moquette ?

48H plus tard, me voilà en possession d’un Mini Inferno T2 « préparé ».

Aperçu

Bien évidemment plus gros que l’Overland, les dimensions du Mini Inferno font penser aux premières voitures radiocommandées Nikko que j’ai eues.
La comparaison avec les modèles Nikko s’arrête là dès que l’on s’intéresse aux possibilités d’évolution : tout est démontable, toutes les pièces existent en « option » (en alu, carbone ou même titane !). Bref, c’est un vrai modèle réduit pas un jouet !

Le modèle que j’ai reçu comporte déjà quelques options : les armortisseurs sont hydrauliques et les roues sont toutes équipées de 2 roulements à billes. Autre « option » plutôt frustrante : il est livré sans porte piles ni accus… et avec une connectique toute « perso » à base de « fiches banane » qu’il va me falloir contourner pour alimenter le Mini Inferno.

Installation de la batterie

Pour l’alimentation, j’ai décidé de faire simple : suppression des fiches bananes et connexion « directe » du pack 9,6V Kyosho (avec son module UPB de protection).

Quelques trop longues soudures plus tard, le Mini Inferno est alimenté et fin prêt à entrer en piste.

Premiers tours de roues

En testant la bonne connexion de la batterie au récepteur/variateur, je comprend bien vite que le Mini Inferno ne joue pas dans la même catégorie que mon Overland et que sa place est dehors !

Ma première piste sera le sol en béton poussiéreux du parking : le Mini Inferno s’élance et passe d’un bout à l’autre en me laissant juste le temps de penser écraser le frein. Ouf, le choc mural frontal n’est pas passé loin !

La direction est maniable, l’accélération et le freinage très francs. Seul bémol, je n’ai pas de marche arrière : mauvaise soudure ? Rien à faire, je peux accélérer et freiner mais impossible d’envisager un créneau. De toute façon, en course, on n’a pas à manoeuvrer !?

La motorisation d’origine étant déjà bien nerveuse, je n’ose même pas imaginer les versions équipées de moteurs de type « brushless » dont on parle dans les forums !

J’arrête là pour ce premier test, je vais tenter de revoir mes soudures pour retrouver la marche arrière…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>